Délégation ou gestion directe ?

Fontaine Montauban
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Les collectivités locales doivent-elle déléguer la gestion des services publics ou bien  assurer directement cette gestion ? Toutes les collectivités en ont débattu au moins une fois. La réponse idéologique – « vertu » du secteur public versus « vice » du secteur privé- est mauvaise conseillère. En matière d’eau potable et d’assainissement, compétences réellement vitales des collectivités locales, il ne saurait exister de réponse univoque. Même si on peut déplorer une réduction de la concurrence, on ne peut guère faire sans les grandes entreprises françaises qui font valoir mondialement une maîtrise technique et une innovation permanente entre autres compétences. Quand les réseaux sont en bon état, que l’approvisionnement en eau est bien assuré, la réponse « régie directe » peut faire l’affaire, parfois même à meilleur coût. Mais quand une collectivité comme Grand Montauban communauté d’agglomération – elle tend vers 100 000 habitants- veut sécuriser une ressource rare, traiter correctement ses effluents, valoriser en énergie les sous-produits de ses stations d’épuration, le besoin en technicité et en investissements (environ 40M€) appelle la concession portant délégation de service public. Pour les études technique et l’assistance à maîtrise d’ouvrage, la collectivité a fait appel au groupement GLS, PPS, T&C et SAGITTA.